Les infections à entérocoques

Les entérocoques sont des bactéries que l’on trouve généralement dans les selles ou sur les parties génitales et qui sont responsables de plus de 10 % des infections nosocomiales.

La résistance récente de certains de ces germes aux antibiotiques les ramène un peu sur le devant de la scène ; ils sont responsables notamment de septicémie, d’infections urinaires et abdominales, mais aussi de méningite et de bactériémie.

Enterococcus faecalis et Enterococcus faecium sont les principales espèces qui vont être responsables d’infections chez l’homme. Ces bactéries ont des capacités de croissance très importantes et ceci même dans des conditions difficiles.

La résistance de ces germes aux antibiotiques est naturelle, mais l’évolution de cette résistance pour certains de ces entérocoques commence à poser problème, on les appelle les ERV les Entérocoques Résistants à la Vancomycine, qui est un type d’antibiotique.

La transmission des entérocoques

C’est bien souvent les mains du personnel soignant qui vont transmettre les entérocoques, personnel qui aura été en contact avec une zone infectée, toilettes, draps souillés…ou avec un autre patient porteur.

La pose de certains matériels médicaux peuvent aussi être l’une des voies d’entrée de l’infection, sonde, cathéters, etc…

La prévention des infections à entérocoques

Un lavage régulier des mains de la part du personnel soignant, mais aussi des visiteurs est indispensable pour éviter toute transmission.

En cas de multiples infections dans un établissement il faudra dans un premier temps essayer d’identifier les porteurs, puis les placer en chambre individuelle et procéder à un bio nettoyage journalier de celle-ci.

Le port d’une blouse et d’un masque seront vivement conseillés et l’on veillera également à limiter le nombre de visites chez les patients et le nombre d’admissions dans le service touché.

Quelles sont les personnes à risques pour les infections à entérocoques

Plus généralement les personnes ayant un système immunitaire affaibli, les personnes ayant une maladie grave et celles ayant l’habitude d’une consommation importante d’antibiotiques.

Une étude réalisée en France en 2005 révéla que 54 % des personnes atteintes venaient de subir une opération chirurgicale.

Cela peut être une infection très graves les risques sont réels, et le pronostic vital peut être engagé.

Quels sont les symptômes de l’infection à entérocoque :

Les symptômes sont variables d’un patient à l’autre notamment en raison de la diversité des zones qui peuvent être touchées. On notera toutefois les symptômes suivant la plupart du temps :

  • plaies qui s’infectent
  • fièvre
  • infection urinaire
  • pneumonie
  • rougeur
  • inflammation
  • maux de tête
  • raideur dans la nuque
  • diarrhées
  • éruptions cutanées

Le traitement des infections à entérocoques

La plupart des patients victimes d’une infection à entérocoques sont soignés et guéris sans trop de problèmes. C’est bien souvent une combinaison de plusieurs antibiotiques qui permettra de venir à bout de l’infection et de la soigner assez rapidement.

Si en France les ERV (entérocoques résistants à la vancomycine) ne touchent qu’un à deux pourcents des infections à entérocoques, il n’en est pas de même dans d’autres pays notamment aux Etats Unis où les souches résistantes représentent jusqu’à 30 % des infections, créant un véritable problème de santé publique. Les infections à entérocoques sont donc à suivre de près….

3 Comments on Les infections à entérocoques

  1. je suis infecté par MORGANELLA MORGANII, suite au retrait d’un neurostimulteur medullaire on me dit que je suis infecté par cette bactérie, alors que depuis plus d’une année je suis déjà traité pour un staphylocoque doré, ça fait un peu trop quand même pour la même clinique !! que dois-je faire ?

  2. Positive au enterocoque sur un test fait sur mes mains sur mon lieu de travail.Ca signifie quoi?

Laisser un commentaire